La Religion Bouddhiste

La Religion Bouddhiste

de lecture

Le bouddhisme, philosophie ou religion ?

Le bouddhisme est victime de nombreuses erreurs : il ne serait pas classé comme une religion, mais plutôt comme une philosophie ; la méditation serait réduite à la pleine conscience ; et la compassion ne serait qu'une aspiration du cœur. Philippe Cornu, un érudit bouddhiste, a apporté un éclairage sur le sujet.

Le bouddhisme, selon Philippe Cornu, est une religion avec une prédominance de l'aspect "chemin spirituel", qui se concentre sur le parcours individuel. Il n'a rien à voir avec l'aspect institutionnel ou social des choses. Il ne s'agit donc pas d'une religion de contrôle de la société.

C'est une religion laïque qui ne vénère pas les dieux, mais elle n'est pas athée : les dieux sont tolérés, mais ils ne sont pas adorés. Elle défend l'idée de présenter le monde et d'y agir. Plutôt que de s'appuyer sur des normes et des édits extérieurs, elle met l'accent sur l'intériorité et l'auto-observation. Elle préfère fournir des suggestions plutôt que d'établir des règles et des commandements.

L'objectif du bouddhisme est d'harmoniser le moi avec la réalité. Cependant, étant donné que nous sommes tous construits sur une compréhension erronée de notre existence, nous sommes tributaires de toutes nos idées préconçues et fausses.

"Le bouddhisme ne nous donnera rien de plus que ce que nous avons déjà."

Nous vivons dans une culture qui croit que nous devons toujours avoir plus. Nous sommes constamment en contrôle, mais il est clair que ce n'est pas la situation. Il s'agit d'être dans le moment présent de notre vie, précisément parce que nous sommes débarrassés des biens superflus qui ne nous apportent pas grand-chose.

enfant bouddhiste

Existe t-il plusieurs bouddhisme ? 

Philippe Cornu est un partisan de l'unique. Le bouddhisme a beau avoir de nombreuses écoles au Tibet, au Japon et dans d'autres pays, il y a tout de même 5 ou 6 grandes idées fondamentales que tous les bouddhismes partagent : les cinq préceptes (austérités), le chemin octuple (vue juste) et les quatre sceaux.

Les enseignements du Bouddha peuvent être vérifiés par l'expérience. La pratique méditative et la pratique mondaine en fournissent la preuve. Si le Bouddha a dit quelque chose de correct, on devrait pouvoir le vérifier de son vivant plutôt que d'avoir à attendre après la mort. Pour garantir l'authenticité de cette rencontre, vous devez la confronter aux théories présentées dans le texte et vérifier si des maîtres encore vivants peuvent se porter garants de votre expérience.

statue bouddha

Qu'est ce que le Nirvana

Philippe Cornu qualifie le nirvana d'état de non-existence bienheureuse, qui se définit comme la suppression de toutes les causes de souffrance par un cheminement spirituel. Il s'agit d'une forme ultime de gratification obtenue en éliminant les sources de douleur en cours de route.

Elle est accessible à tous. La première étape est d'experimenter sérieusement la pratique du bouddhisme, la deuxième étape étant la reconnaissance, qui s'enracine avec le temps. Lorsque tous les aperçus spirituels se combinent et se solidifient, vous êtes à ce stade. Vous atteignez alors le nirvana complet, qui se produit à ce moment-là.

Le Bouddhisme et l'Ego

Dans le bouddhisme, l'ego est considéré comme une forme d'activité. C'est un processus qui commence lorsque nous ne savons pas qui nous sommes et qui se poursuit jusqu'à ce que nous le réalisions. Nous nous identifions à ce moi, qui se met à jour chaque fois que nos pensées, nos sensations, nos émotions changent et que notre corps se transforme. Ce moi nous permet d'organiser les choses pour tenter de vivre le plus confortablement possible.

Lorsque nous lâchons la croyance du "je", nous effaçons progressivement et naturellement tous les liens qui nous séparent dans la vie. Notre nature fondamentale, la nature de Bouddha, est un état d'esprit qui est au-delà du temps et des conditions extérieures. Philippe Cornu privilégie la purification à la construction puisque l'éveil est illimité.

homme bouddhiste

La mort dans le bouddhisme

La désintégration des agrégats au moment de la conception et de la naissance est ce que la mort est pour le bouddhisme. La mort n'est pas l'opposé polaire de la vie, mais plutôt l'opposé polaire de la naissance. Lorsque les énergies sont épuisées, ce qui s'est rassemblé se désagrège. Cependant, selon la logique spirituelle, cette forme va disparaître et être remplacée par d'autres. Il n'y a rien de mal à la mort puisqu'elle représente simplement un changement d'apparence.

En même temps que les constructions physiques s'effondrent, nos créations mentales s'effondrent, et nous atteignons une réduction de la complexité de l'esprit. C'est ce qu'on appelle l'esprit clair et lumineux ou l'illumination dans ce contexte. Pour se préparer au passage ultime, un pratiquant du yoga tantrique peut en faire l'expérience.

Dans la perspective bouddhiste, il n'y a pas de place pour la réincarnation. Cela impliquerait qu'une âme substantielle soit transférée d'un corps à un autre, ce qui n'a aucun sens dans ce contexte.

bouddhiste qui réfléchit

La Pratique de la Méditation 

Philippe Cornu hésite sur la méditation de pleine conscience, qu'il perçoit comme une utilisation abusive des techniques de méditation bouddhistes dans le but d'améliorer la relaxation et de soulager la douleur. Cela n'a aucune valeur pour qui que ce soit, si ce n'est le profit.

La méditation est la pratique qui consiste à travailler sur notre esprit et à débrancher toutes nos réactions négatives. La méditation bouddhiste, quant à elle, va un peu plus loin.

Si vous êtes intéressé par le sujet, vous vous demandez peut-être comment vous convertir au bouddhisme ?

bouddhiste qui médite


Tenez vous informé sur l'actualité et l'histoire hindoue ! 🇮🇳